Je suis une fille et je l'éprouve!

Publié le par Nelsy

Je suis une femme…En même temps c’est difficile de l’oublier ! Chaque mois j’en prends un peu plus conscience. Non, ce n’est pas dû à mes cheveux longs, ni au prix que je coute en cosmétiques, ni même à mes chaussures à talons hauts…Non, si mon statut féminin me rappelle à l’ordre chaque mois c’est par les Syndromes PréMenstruels (SPM) ! Petite liste non exhaustive (et perso) :


Syndromes1. Ton corps change pour ne pas dire gonfle !

Oui, Mademoiselle, une semaine avant tes menstruations te voilà avec un 85D au lieu d’un 85C ! Ton ventre gonfle, ce qui te donne un mal de chien à enfiler ton jean qui t’allait si bien il y a à peine 3 jours. Il se met alors à planer sur toi un gros doute qui est de savoir si c’est effectivement dû aux SPM ou bien au pot de pâte à tartiner que tu t’es enfilé 2 heures auparavant ! (cf paragraphe 2). Mettre une jupe à la place ? N’y pense même pas ! Je te rappelle que dans le même temps tes jambes ont doublé de volume ! Ce sont des poteaux ! En résumé, tu gonfles, tu gonfles, tu gonfles en attendant le jour de la libération !

2. Tu deviens boulimique

Te voilà réveillée à 3 heures du mat’, avec une envie folle au mieux de pâte à tartiner, au pire de saucisson ! Alors une longue réflexion commence du fond de ton lit : « Quand même, me lever en pleine nuit pour du cochonou, ça craint, là j’assume pas ! » …2 min plus tard… « oui , mais quand même j’en ai vraiment envie, puis je ne me rendormirais pas tant que j’aurais fait une excursion dans le frigo ! »….En résumé, tu manges, tu culpabilises, tu manges, tu culpabilises en attendant le jour de ta libération !

3. Tu es chiante mais ce n’est pas de ta faute

Tu te mets à pleurer devant le téléfilm allemand de l’après midi de M6, tu pleures quand ta mère te dit que décidemment le rouge n’est pas ta couleur, tu pleures…2 min plus tard…Tu t’énerves : « Quoi le rouge ne me va pas ! Maman t’es vieille, t’y connais rien, et après tu oses dire que tu m’aimes ! » ; puis tu pleures car la culpabilité d’avoir parlé comme ça à ta mère te ronge…2 min plus tard…tu te dis qu’elle l’a bien cherché alors tu t’énerves. En résumé, tu pleures, tu t’énerves, tu pleures, tu t’énerves en attendant le jour de ta libération !

4. Le monde est pourri

Oui, le monde est pourri, tu en es persuadée ! Tes parents ont toujours préféré ton frère, ton copain te trompe tu en es sûre, il t’a appelée 10 min en retard ce soir ! T’auras jamais tes exams, c’est impossible, et puis de toute façon les études ça ne sert à rien ! Tes amies te mettent à l’écart, tu sens une conspiration contre toi. Personne ne te comprend ! En résumé, tu enchaines crises de paranoïa sur crises de paranoïa en attendant le jour de ta libération !

5. J-1

Te voilà donc à la veille du jour J, la semaine qui vient de passer n’était que le début ! Tu vas finir en beauté !La migraine arrive, elle s’immisce insidieusement dans ta tête, et finalement te voilà avec une barre au dessus d’un des deux yeux ! Tu te choutes au Doliprane. Lire, regarder la télé, parler au téléphone, n’y pense même pas ! Tu peux juste t’étendre sur ton lit et sur le ventre, puisque Woody woodpecker a eu la bonne idée de faire une petite fiesta dans ton bas ventre ! En résumé, tu souffres, tu souffres, tu souffres en attendant le jour de ta libération !

C’est le jour J !

Nous y voilà, jour de piscine bien sur, sinon ça ne serait pas marrant ! Tu te lèves (pour une fois) en trombe et tu files à la salle de bain (je ne développerais pas ce passage…). Puis rapide coup d’œil dans la glace : « je suis super mince, trop belle, mon jean me va comme un gant ! Mes amies sont formidables, elles feraient n’importe quoi pour moi ! La vie est simple, les exams ? Trroooppp faciles ! Mon homme m’aime à la folie, il est formidable. Je suis tout sourire ! »

Alors te voilà soulagée, tu vas bien aller pendant au moins 2 semaines ! D’ailleurs, ton entourage aussi est soulagé !

Allez 2 semaines de sérénité pendant lesquelles tu appréhendes, tu appréhendes en attendant le jour J !

 

PS : Messieurs, il est interdit d’utiliser cet article contre nous ! Chaque femme est unique en ce qui concerne les SPM, je généralise à l’excès dans cet article.

Commenter cet article