Et si je meublais ma vie.

Publié le par Nelsy

Voilà bientôt 1 an que je suis célibataire. Par célibataire, comprenez « non engagée dans une relation stable » ou en d’autres termes : SMF (Sans Mec Fixe). Au début, je trouvais ça fun le célibat : pas de contraintes, pas de compromis, pas de disputes, de pas peine...mais seulement une vie douce qui me permettait de faire absolument TOUT comme j’en avais envie. A cela, il fallait ajouter un autre énorme avantage du célibat : la liberté sexuelle ! Mon corps n’appartenait plus à un seul homme et j’étais libre d’en disposer comme bon me semblait, de le laisser se faire séduire, effleurer, embrasser et même plus… !

J’ai largement abusé de cette grisante liberté en me disant que c’était CA la vraie vie, la vie sans contraintes, sans promesses, sans engagements. Mais en ce début d’automne, au moment où la nature rassemble ses forces pour affronter l’hiver, où les couples recommencent à cocooner en amoureux, où les sorties dans les bars et les barbecues géants sont remplacés par des soirées DVD ou pyjama (entre filles…malheureusement !) …je me dis que ma vie, celle que j’aime tant est aussi… sans lendemain !!

 



Quelle triste prise de conscience ! Mais il en faut plus pour m’abattre et je me dis que moi aussi je vais me mettre au chaud pour l’hiver (pour la vie ?) et me trouver un homme qui m’aimera et que j’aimerai (oh, c’est beaaaaau !!!).

 

Et c’est parti !

 

Chercher un mec, c’est comme chercher un appart, il faut d’abord lister ce qui est indispensable :

Beau

Honnête

Fidèle

Sexuellement performant

Intelligent

Ambitieux

Attentionné

Affectueux

Respectueux

Surprenant

 

Viennent ensuite les options :

Maniaque (il rechigne un peu moins que les autres à faire le ménage)

Entreprenant (il lui arrive de mettre une machine à laver de sa propre initiative)

Organisé (il est capable, dans une même journée, de poser la voiture au garage et de passer récupérer un colis à la Poste)

Débrouillard (il sait gérer les situations critiques comme une panne de télé le soir de la diffusion du dernier épisode de la saison de Desperate Housewives)

Potes agréables (ils rangent le salon à la fin de leur soirée bière-foot-pizza)

Mère supportable (elle n’appelle pas plus d’1 fois par jour)

Collègues de boulot exemplaires (elles sont maquées, heureuses et fidèles)

Ex-copine discrète (elle est morte)

 

Je consulte les annonces en spécifiant toutes mes exigences et j’obtiens la réponse suivante « aucune offre disponible, veuillez modifier vos critères de recherche ».

Alors, je rogne une par une toutes les options : tant pis s’il ne vide jamais le lave-vaisselle, si ses potes sont des boulets, si sa mère nous pourrit la vie…y’a que pour l’ex que ce n’est pas négociable, mais ce n’est pas grave, si elle n’est pas déjà morte, je la tuerai moi-même !

 

A force de renoncer à tous ces critères de choix fondamentaux, je me retrouve avec un mec qui ne me correspond pas. C’est comme si vous cherchiez un F3 de 90m² refait à neuf avec 3 chambres, un balcon et une cuisine moderne et que vous vous atterrissiez dans un studio vieillot et minuscule sous les toits, sans confort, sans charme…déprimant, quoi !

Du coup, je déménage sans même donner de préavis !

 

Et puis un jour, je tombe par hasard sur l’appart l’homme de mes rêves ! Il est beau, intéressant, intelligent, sensé, il a mon âge, mes envies, mes valeurs…bon, je ne sais rien de sa mère, de ses potes, et de ses collègues de boulot mais peu importe, il me plait !

Mais (parce qu’il y a toujours un « mais ») forcément cette homme là, je ne suis pas la première à le visiter rencontrer et il est tellement parfait qu’inévitablement…il est maqué !! Quelle poisse !!

 





Alors, je vous le demande haut et fort, Messieurs : c’est QUOI votre problème ? Pourquoi est-il si compliqué de trouver un homme libre qui nous convienne ? Pourquoi y’a-t-il toujours un détail qui cloche ? Pourquoi n’êtes-vous pas capable d’être à la fois un bon coup, un bon pote, un bon cuisinier, un bon confident et un bon bricoleur ? Et pourquoi, lorsque (trop rarement) vous l’êtes, vous êtes toujours maqués ?

 

Finalement, un homme, c’est comme un appart : les bons sont déjà pris et les autres ne sont soit pas beaux, pas fonctionnels, pas agréables, sans charme, trop petits, trop éloignés de mon lieu de travail, trop bruyants, mal fréquentés ou pire, tout ça en même temps…

…et moi, je vais me cailler tout l’hiver !

 

 

;-)

 

Mary

Commenter cet article

annick 28/09/2009 08:57


heureusement il y a des fins de bails et des apparts parfaits se retrouvent disponibles parce que leur locataire aura cru que l'herbe était plus verte ailleurs.