Le stéréotype de la série américaine...

Publié le par Nelsy

Depuis un bon moment maintenant les séries américaines fleurissent sur nos écrans publics et privés français, allant du plus mauvais au meilleur…malgré tout cela reste meilleur que la série française (c’est pas très dur me direz vous !).  Mais j’ai quand même envie de crier haut et fort, quitte à me faire huer : J’EN AI MARRE DES SERIES AMERICAINES ! Là, je te vois tout d’abord toi l’homme qui a téléchargé tous les épisodes de Lost, de Heroes  il y a déjà  plus d’un an, toi aussi la femme qui encense encore Desperate Housewives parce que « ça n’a jamais été fait avant », je vous vois  faire une dépression lors de la grève des scénaristes à Hollywood, de même que je vous sens frémir à l’idée que le mois de septembre arrive amenant avec lui toutes les nouvelles saisons de vos séries préférées, je vous entends aussi me dire « tu dis ça parce que tu n’as pas encore vu cette nouvelle série américaine !Tu n’y connais rien ! »…Et pourtant si ! Je suis même une addict à la série américaine, je pourrais même dire que je suis un expert si je me permettais le jeu de mot. Mais je commence quand même à saturer.

                Tout d’abord j’en ai marre des personnages stéréotypés. Vous retrouverez toujours, le héros par excellence, bien sous tous rapports, gendre idéal, flic ou médecin la plupart du temps qui a pour simple mission de sauver les Etats Unis d’Amérique à défaut parfois du monde entier. Il sera bien-sur accompagné d’une jolie fille amusante, intelligente…ils finiront ensemble au dernier épisode vous le savez bien, leurs collègues le savent bien aussi, mais eux nous jouent l’histoire d’amour impossible…la seule chose qui pourrait vous faire mentir serait un cachet insuffisant pour l’actrice en question qui devra quitter la série…d’une manière tragique bien entendu ! Arrive juste en dessous du couple modèle et moralisateur, le black repenti. Il vient de la cité, a un casier judiciaire plus épais que le Petit Robert, mais a décidé un jour de prendre sa vie en main. On le verra alors à plusieurs reprises retourner dans sa famille, sauver deux ou trois gamins en les remettants sur le droit chemin, et casser la gueule au dealer du quartier qui se trouve être son ancien meilleur ami. N’oublions pas alors la mère de famille, la plus discrète de la série la plupart du temps, mais débordée. Elle gère tant bien que mal sa carrière (de médecin ou avocate ou flic) et sa vie de famille. Bien sûr son mari est très présent mais lui reproche assez souvent son manque de présence dans le nid…cela nous vaudra 2 ou 3 épisodes sur le thème.  La mère de famille peut être déclinée en père de famille, mère célibataire avec une fille ou un garçon plus qu’adorable ; qui fait toutes les taches ménagères et qui a une complicité hors normes avec le parent célibataire.

Puis j’en ai marre de voir toujours les mêmes thèmes.  Je crois que ça y est j’ai compris le principe d’une collocation, que je connais toutes variantes des services de police américains, de même pour les services hospitaliers, les universités et oui moi aussi je veux mon groupe de super meilleures amies pour la vie et « parler » cul avec elles.

J’en ai marre des saisons 2 pourries, à chaque fois la saison 1 révolutionne le principe de la série et voilà qu’ensuite la saison 2 revient au gnan gnan…enoooorrmmmee déception !

Zut je dois partir expressément  , « The loop » une nouvelle série américaine commence dans 2 minutes ! (Voilà un article pleins de cntradictions nan?)

 

Publié dans underground TV

Commenter cet article